Glouglou, crépitement, effet diesel… Tout savoir sur les trouble-fêtes du vapotage !

Ça y est, vous avez commencé à vapoter et esquisser les petits plaisirs que la cigarette électronique peut offrir, mais un phénomène dérangeant vient gâcher la fête : un petit son d’ébullition se fait entendre et votre e-liquide remonte à votre bouche ! Ne vous en faites pas, vous venez de rencontrer les fameux phénomènes de « glouglou » et de « crépitement » que tous les vapoteurs expérimentés ont connu un jour ou un autre.

Aussi frustrants soient-ils, ces événements font malheureusement partie des désagréments « mineurs » de la cigarette électronique lorsqu’on ne dispose pas encore d’expérience avérée dans l’utilisation et l’entretien du matériel. Ils se traduisent notamment par des comportements bizarres, mais inoffensifs pouvant gâcher la journée.

Ceci dit, le glouglou et autres effets diesel (dus au son de moteur dégagé par l’atomiseur) peuvent être supprimés facilement via un diagnostic précis du fonctionnement de votre cigarette électronique. Dans cet article, retrouvez ainsi les origines de ces soucis techniques, mais aussi toutes les astuces qui vous permettront d’y remédier.

Glouglou et crépitement, d’où viennent-ils ?

Les forums de la vape remettent souvent les questions de remontées de liquides et de bruits bizarres sur le tapis ! A travers ces comportements étranges, la cigarette électronique met notamment les primo-vapoteurs dans un état d’alerte sans pour autant savoir si c’est normal ou pas.

S’ils ne sont pas potentiellement nocifs pour l’utilisateur, les petits bruits dits crépitements et glouglous ainsi que les gouttelettes qui parviennent à s’échapper de votre cigarette électronique sont des signes avant-coureurs d’un dysfonctionnement. Cela peut annoncer l’usure d’une résistance, le mauvais calibrage d’une fibre, la saleté de la cheminée de l’atomiseur, la mauvaise composition du e-liquide ou même la défaillance de la batterie et du chipset.

Par ailleurs, ils peuvent également témoigner le manque d’expérience du vapoteur en termes de configuration, de choix des e-liquides ou tout simplement une mauvaise technique d’inhalation. En effet, le simple fait d’aspirer un peu trop longtemps sur le drip-tip peut empêcher la vaporisation de l’intégralité du e-liquide, créant l’effet glouglou dans la chambre d’atomisation. Dans la même rubrique, l’utilisation d’un e-liquide trop limpide (cas des jus high PG par exemple) favorise les phénomènes de crépitement lorsqu’on dispose d’une résistance en sub-ohm ou d’une trop forte puissance de chauffe.

En somme, ces symptômes doivent inciter le vapoteur à réviser leurs cigarettes électroniques. Reste à savoir quel type d’entretien affecter à chacun de ces signaux pour prévenir de futures frustrations. Voyons cela de plus près !

Glouglou : Définition et origine

Comme son nom l’indique, le « Glouglou » est une onomatopée qui retranscrit le bruit d’ébullition d’un liquide au niveau de l’atomiseur lorsqu’on commence à vapoter. A partir d’une analyse simple, on pourra dire que c’est un phénomène d’agitation du e-liquide dans la chambre de chauffe. Plusieurs raisons expliquent ainsi ce comportement :

  • Le trop plein de liquide dans l’atomiseur.

La magie de la cigarette électronique opère dans l’atomiseur, la pièce qui recèle la résistance et la mèche qui retient le e-liquide. Suivant les modèles, l’atomiseur peut être alimenté via un système de réservoir (dans ce cas on l’appelle clearomiseur) ou directement depuis le drip-tip (dans ce cas, on l’appelle dripper).  Une fois la mèche de la résistance imbibée de liquide, le vapoteur peut commencer à enclencher le circuit pour chauffer le fil résistif et chauffer le jus, ainsi, la vapeur traverse une petite cheminée et ressort par l’embout buccal.

Lorsque cette chambre de chauffe est submergée par le e-liquide (lorsque la mèche n’arrive plus à contenir le jus), l’aspiration engendre ainsi ce phénomène de glougloutement. Dans le pire des cas, le vapoteur ira donc jusqu’à tirer l’excès de liquide non-vaporisé à l’extérieur.

  • La résistance est encrassée ou mal amorcée

En reprenant le même schéma d’immersion de la résistance, nous pourrons également détecter l’origine du glouglou à travers la qualité de la pièce. En effet, la fibre de la résistance a souvent du mal à retenir le e-liquide lorsqu’elle est usée ou encrassée. Dans ce cas de figure, des saletés se fixent au niveau de la fibre et l’empêchent de stocker le liquide correctement.

Par ailleurs, une nouvelle résistance pourrait également manifester cette difficulté à retenir le e-liquide lorsqu’elle n’est pas amorcée. Notons que l’amorçage est l’action d’imbiber manuellement la fibre de la résistance en e-liquide avant sa première utilisation. A défaut, la forte compression de cette dernière s’opposera à toute absorption de liquide.

Crépitement : Définition et origine

Contrairement au glouglou, le crépitement est un petit bruit de petite ou grande ampleur qui se présente lors de la chauffe du e-liquide. Dans la majorité des cas, il n’annonce rien d’anormal, car les micro-explosions qu’on entend résultent de la simple combustion des substances visqueuses présentes dans le e-liquide.

Dans des cas plus rare, le crépitement peut cependant prévenir d’un dysfonctionnement du système et notamment lorsque les bruits d’explosion deviennent intenses.

Afin de déterminer la cause des crépitements anormaux, voici quelques éléments à prendre en compte :

  • La puissance est trop élevée pour l’e-liquide

Un e-liquide est composé d’une multitude de substances organiques, biologiques et synthétiques telles que le propylène glycol, la glycérine végétale, la nicotine, les arômes et accessoirement de l’eau et de l’alcool. Chaque ingrédient réagit différemment à la combustion (que l’on peut comparer à de l’eau et de l’huile versée sur le feu) et produit un bruit différent.

Lorsque la puissance de chauffe est rapide et intense (en utilisant une résistance sub-ohm avec une box déchargeant 100W par exemple), les substances mentionnées en amont n’ont pas le temps de s’évaporer proprement et vont jusqu’à créer des micro-explosions perceptibles depuis l’extérieur.

  • La qualité du liquide

Comme mentionné en amont, le crépitement est un phénomène d’explosion naturel qui se produit en fonction de la réaction du e-liquide  à la chauffe. Certains produits  sont notamment sensibles à l’exposition sur la résistance et s’évaporent plus rapidement que d’autres. Lorsqu’ils s’évaporent, ils cherchent un moyen de sortir et créent des petites ébullitions, c’est ce qu’on appelle la noyade.

  • La mèche brûle

C’est le cas le plus redouté des vapoteurs ! Lorsque la résistance n’est pas amorcée ou que le liquide ne parvient pas à rejoindre la chambre de vaporisation, c’est la mèche qui prend pour son grade et brûle sous l’intense chaleur du fil résistif. Ce phénomène de crépitement s’est relayé par le fameux « dry hit » qu’on peut traduire simplement comme la chauffe à vide de la résistance.

Effet diesel : Définition et origine

L’effet diesel est un phénomène emprunté à la mécanique et notamment du moteur diesel.

En l’occurrence, ce type de moteur est connu pour son comportement turbulent au moment du premier démarrage en raison d’une trop basse température du bloc. Ainsi, il faudra attendre un certain temps pour que cette température gagne tout le moteur et optimise son rendement.

Traduit dans le langage des vapoteurs, l’effet diesel est donc le comportement anormal de la résistance lorsqu’il est encore froid ou en cours de chauffe. Bien évidemment, il n’est pas question de transfert de chaleur par la cinétique, mais simplement une faible alimentation du fil résistif en puissance électrique.

Généralement, cela produit un son bizarre dans l’atomiseur ainsi qu’une vapeur légère et sans gout. Voici les raisons :

  • La grande surface de chauffe de la résistance

Les résistances des cigarettes électroniques sont confectionnées pour créer différents effets. Certaines sont fines, d’autres plus épaisses en vue d’offrir une surface de chauffe plus ou moins grande. Lorsque la taille de la résistance est grande, le processus de chauffe prendra un certain temps.

Dans le cas d’un gros montage (dual ou triple Coil par exemple), le processus de vaporisation prend beaucoup plus de temps et offre des rendus peu convaincants. Par contre, les résistances en sub-ohms (généralement fines) chauffent plus vite et créent beaucoup plus de vapeur.

  • Une résistance inadaptée à la puissance

L’effet diesel devient anormal lorsqu’il perdure trop longtemps. Dans ce cas, une incompatibilité de la résistance au circuit est à considérer. Notons que la majorité des coils en série indiquent la plage de résistance acceptée (entre 15 et 60W par exemple), ainsi il devient facile de repérer l’incompatibilité. Lorsqu’il s’agit de résistance reconstructible par contre, un calcul plus approfondi est requis pour définir la valeur de résistivité acceptable par le circuit.

Sans rentrer dans les détails, nous soulignerons donc l’importance de la loi d’ohm qui définit la relation entre l’intensité, le potentiel et la résistance à savoir U (potentiel)=R  (résistance).I (intensité). L’équation indique qu’une augmentation de la valeur de résistivité réduit systématiquement le potentiel. A partir de là, le constructeur de la résistance doit effectuer un calcul pour déterminer la puissance qu’il recherche afin d’éviter l’effet diesel en modelant la résistance (qu’on peut contrôler via un ohmmètre).  Par contre, la configuration doit également prendre en compte la capacité de décharge maximale de la batterie (CDM) pour préserver sa santé. (Généralement, les accus vendus chez les professionnels sont protégés contre cette sur-décharge).

Comment éviter les glouglous, crépitements et effet diesel ?

Dorénavant, vous êtes en mesure d’analyser les origines des désagréments créés par votre cigarette électronique, mais aussi de situer la nature du problème. Par ailleurs, vous pourrez également prévenir leurs avènements et apporter des solutions par vous-même en cas d’anomalie en suivant quelques consignes que nous allons énumérer ci-dessous :

Glouglou : les gestes à adopter

Le glouglou est un phénomène naturel qui survient lors d’une immersion de l’atomiseur et de la cheminée par du liquide. En aspirant celle-ci, vous entendrez donc le petit son bizarre qui annonce une très mauvaise nouvelle : la remontée de liquide en bouche.

Pour éviter cela, il suffira donc de vérifier en amont l’état de votre atomiseur, clearomiseur ou dripper. Dans la pratique, commencez par vérifier la qualité de la fibre de sorte à assurer sa propreté et son amorçage. Si elle est encrassée, trop ou peu compacte, il serait préférable de la changer. Ensuite, vérifiez tous les points susceptibles de faire fuiter votre e-liquide vers la chambre de chauffe (dans le cas d’un clearomiseur). Si vous utilisez un dripper, le geste parfait se résume à doser avec précision la quantité de liquide versé sur la mèche pour éviter une immersion.

Enfin, évitez d’aspirer trop fortement depuis l’embout buccal pour laisser le temps à la résistance de bien chauffer le e-liquide.

Crépitement : les gestes à adopter

Le crépitement n’est pas une anomalie en soi, cependant elle peut gêner les oreilles et même engendrer un dysfonctionnement en cas de forte intensité.

Pour éviter le crépitement, le premier réflexe à avoir est de vérifier la puissance de la cigarette électronique. A titre de rappel, chaque e-liquide recèle des substances différentes qui réagissent différemment à la combustion. Pour rendre la chauffe homogène et évolutive, préférez donc un réglage de wattage moyen.

Par la suite, souvenez-vous qu’un train peut en cacher un autre ! Si le crépitement apparaît brusquement avec une intensité anormale, il se peut que ce soit la mèche qui subit la force de chauffe de la résistance ! Dès l’apparition de fumée ou d’odeur bizarre, vérifiez immédiatement votre réservoir afin d’assurer que la résistance est bien alimentée en e-liquide.

Effet diesel : les gestes à adopter

Comme le crépitement, l’effet diesel n’est pas un signal de danger pour votre appareil. Ceci étant, il peut déranger par sa sonorité et son impact sur la chauffe de votre e-liquide.

Ici, les actions à entreprendre sont simples. Pour commencer, vérifiez d’abord si la valeur de votre résistance n’est pas trop élevée par rapport à la puissance disponible. Avant d’acheter toute résistance, référez-vous à la fourchette de puissance imprimée sur le corps ou la notice de la résistance (ex : 0,7 ohm 30 W – 80W). Si vous avez monté votre résistance vous-même, appliquez le même principe en vérifiant sur l’ohmmètre la valeur de résistivité de votre montage. Si elle est trop élevée par rapport au potentiel de la batterie, procédez à un remontage via un rétrécissement de la surface de chauffe.

Evapoteur
Logo
Lorsqu’activé, enregistrer les permaliens dans paramètres - permaliens
Compare items
  • Total (0)
Compare